Archives de catégorie : Longs Métrages

Tom of Finland

Dome Karukoski    2017    Finlandais   115 min  STF

  • Mirepoix, cinéma municipal, le vendredi 23 février à 18h suivi de Seule la terre.

Ce biopic raconte comment Touko Laaksonen, un officier héroïque de la seconde guerre mondiale, de retour en Finlande, se réfugie dans l’art pour échapper aux persécutions contre les homosexuels. Il dessine dans le plus grand secret des hommes musclés, désinhibés et fiers d’être gays.

Plus connu sous le pseudonyme de Tom of Finland,
ses dessins homo-érotiques sont aujourd’hui diffusés dans le monde entier et il est devenu une icône de la culture gay, de la liberté et de l’émancipation individuelle.

Sexo Safe

Les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) sont les plus touchés par le VIH et les autres IST en France.

Sur 10 personnes qui découvrent leur séropositivité chaque année, 4 à 5 sont des HSH. Soit 40 à 50% alors que la population des HSH sexuellement actifs est estimée à 1,5 % de la population générale. C’est également la population la plus touchée par les autres IST (syphilis, gonorrhées, condylomes…).

Le risque de VIH et d’IST reste donc très présent pour les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, malgré les efforts qu’ils ont mis en place depuis le début de l’épidémie pour se protéger eux et leurs partenaires.

Aujourd’hui, le préservatif n’est plus le seul moyen de prévention pour le VIH (mais le seul qui protège contre les autres IST). Grâce à l’arrivée de nouveaux outils de prévention du VIH, plusieurs solutions existent pour se protéger et protéger ses partenaires d’un soir, de quelques jours, de plusieurs mois ou de la vie.

Les dépistages sont importants car la plupart des IST se soignent. Et il est primordial de connaitre son statut sérologique VIH par un dépistage régulier car, si on ne guérit toujours pas du VIH, grâce aux traitements le risque pour une personne séropositive de transmettre le VIH est très fortement diminué. Une prise en charge précoce et adaptée est par ailleurs la garantie d’une bonne qualité de vie et d’une espérance de vie normale.

Se protéger contre le VIH et les autres IST est utile, rassurant et efficace, autant pour soi-même que pour ses partenaires.

Bear City 3

Dimanche 28 JANVIER 16h30 au cinéma ABC
Douglas Langway    2016     Etats-Unis     117 min     VOST

Roger est décidé à sortir de la ruine financière et à retrouver les bras de Tyler.  Mais le pompier Jay ne laisse pas cette flamme renaître. Les feux d’artifice explosent quand le bricolage obsessionnel de Fred sur leur documentaire bear entre en conflit avec les préparatifs de la naissance du bébé de Brent. Mama Bear Michael fait face à des défis majeurs… et il découvre que l’amour survient dans toutes les couleurs, formes et tailles.

Rejoignez le gang de BearCity dans les bois pour cette dernière aventure, oú la trilogie prend toute son ampleur. La romance y est certes velue, mais hilarante !

Avant-première française
Suivi de l’apéro Bear’s

Professor Marston and the Wonder Women

Angela Robinson    USA    2017    108 min     VOST

Mercredi 31 janvier 20h
Vendredi 9 février 22h30
Samedi 10 février 20h15

Au cinéma Gaumont Wilson.

Dans les années 40,  William et Elisabeth Marston sont des universitaires fascinants, touchant à la psychologie et tentant sur eux-mêmes ou sur des étudiant.e.s des expériences sur les concepts de domination et soumission dans les relations érotiques.

Très vite la jeune Olive les rejoint dans un trio inséparable à l’université, à la ville et…au lit.

C’est à partir de leur vie, de leurs idéaux progressifs et de leurs expériences érotiques qu’ils vont créer «Wonder Woman», super héroïne, reine du lasso et chantre de la libération des femmes dans le monde super-machiste des comics.

Ce beau film a déjà remporté une nomination au prestigieux Festival International du Film de Toronto. 

Avant-première française

Al Berto

Vicente Alves do Ó    Portugal    2017    109 min    VOST

Suite à la révolution des œillets, le Portugal commence à se réveiller.

Al Berto revient dans son petit village, Sines, après plusieurs années passées à Bruxelles pour apprendre la peinture. Poète en devenir, il s’installe illégalement dans le manoir d’où sa famille a été expulsée pendant la révolution et commence à traîner avec les jeunes du village qui partagent son goût pour les arts et rêvent, comme lui, d’une vie meilleure. Parmi eux se trouve João Maria qui deviendra vite l’amant d’Al Berto. Le jeune couple apporte à Sines une scène branchée dont le village avait bien besoin, quitte à s’attirer les foudres des habitants les plus conservateurs. La liberté est à portée de main…

Le nouveau long-métrage de Vicente Alves do Ó, deuxième film biographique du réalisateur, nous propose un nouveau regard sur une personnalité portugaise célèbre et sur le Portugal de 1975.

Lundi 5 février 20h à l’ABC

Inédit à Toulouse

Olivia

Jacquelin Audry     France    1951    95 min

À la fin du XIXème siècle, les passions délicates à l’ombre d’une institution de jeunes filles. La jeune anglaise Olivia trouble Mademoiselle Julie, professeur de littérature, dont la sœur Clara l’accuse de plaire un peu trop à ses élèves.

Accueilli très froidement par une presse machiste et un rien homophobe, Olivia décrit admirablement, dans un mélange de ferveur et de pudeur, l’éveil à l’amour d’une adolescente. Rien de pervers, de scabreux et de trouble, comme on l’a écrit en son temps, mais une analyse fine du sentiment amoureux, où l’homosexualité féminine apparaît enfin sans condamnation.

Mardi 6 février 2018 à 19h à la Cinémathèque.

Les amitiés Particulières

Jean Delannoy   France    1964    100 min

Dans son roman, situé dans une institution religieuse, Roger Peyrefitte raconte les émois sentimentaux d’un jeune collégien tombé sous le charme angélique d’un autre garçon.

À sa sortie, en 1943, le livre déclencha un véritable scandale dans la France occupée. Vingt ans plus tard,  Jean Delannoy le porte à l’écran, à l’heure où le pays ne jure que par la Nouvelle Vague. Et si le cinéaste traitait avec tact et délicatesse de ces tourments de l’adolescence, cela n’empêcha pas le film d’écoper d’une interdiction aux moins de 18 ans.         

Mardi 6 février 2018 à 21h à la Cinémathèque.

The Doom Troubadour

Rémy Yadan    France    2017   70 min

Au travers d’un entretien avec Didier Lestrade (cofondateur d’Act Up – Paris en 1989), ce documentaire nous fait revivre les moments forts de la lutte contre le SIDA grâce à des archives uniques et une bande son qui marque bien l’époque.

Aujourd’hui retiré de la vie publique, celui qui aurait inspiré le personnage de Sean dans le film de Romain Campillo «120 battements par minute » jette un regard critique, parfois incisif, sur 30 années de luttes LGBT. Avec passion il défend la cause des jeunes, des trans, et commente l’arrivée des nouvelles thérapies.

Le réalisateur Rémy Yadan accompagnera la projection.  

Mercredi 7 février à 20h à l’Espace de Diversités et de la Laïcité. Entrée Gratuite.

Bande Annonce / Didier Lestrade – The Doom Troubadour from Rémy Yadan on Vimeo.

Tout n’est pas si rose (Azul y no tan rosa)

Migue Ferrari    Vénézuela    2014    110 mn    VOST

A Caracas, Diego forme un couple stable avec Fabrizio. L’irruption de son fils adolescent le confronte soudain à son passé. Et tandis qu’il s’efforce d’assumer ses nouvelles responsabilités, son compagnon est violemment agressé et se retrouve dans le coma.
Miguel Ferrari dépeint le tableau audacieux d’un Vénézuela en phase de transition entre conservatisme et évolution des moeurs. Dans un pays où le culte du corps et de la virilité fait office de religion, le réalisateur joue avec les codes du mélodrame pour aborder les thèmes de l’homophobie, du vivre ensemble et de la famille moderne. La relation conflictuelle entre le père homo et le fils ado lui permet de porter un message d’optimisme et d’ouverture universel.
Meilleur film étranger au Goya 2014

Jeudi 8 février 18h à l’Institut Cervantes
Entrée Gratuite

Nobody’s Watching

Julia Solomonoff    Argentine    2017    102 min    VOST

Nico, un acteur de Buenos Aires, décide de tenter sa chance à New York après sa rupture avec Martin, son ancien producteur.

Rapidement, il découvre que son look et son accent ne correspondent pas aux attentes des producteurs américains qu’il contacte.

Il se retrouve alors à jongler entre différents petits boulots plutôt que de renoncer à son rêve d’acteur. Sa quête de nouvelle carrière bascule dans une errance continue que seules quelques caméras de vidéosurveillance semblent remarquer…

A travers ce drame remarquablement interprété, Julia Solomonoff nous propose un autre regard sur les espoirs des migrants latino-américains aux Etats-Unis.

Inédit à Toulouse Au Gaumont Wilson

Jeudi 8 féevrier 19h45
Samedi 10 feévrier 16h
Samedi 10 feévrier 22h30