Archives de catégorie : Editions précédentes

Week-end à Palm Springs

DIMANCHE 08 JUIN – 18H15 – UTOPIA TOULOUSE

DANS LE CADRE DE LA SOIREE « LEZ’ MOI FAIRE »

de Anna Margarita Albelo – France – 2007 – documentaire – 28min

Synopsis

Le “Dinah-Shore-Weekend” à Palm Springs a lieu tous les ans depuis 1990 et est devenu un des plus grands événements lesbiens au monde…

Chaque année, une pluie de filles s’abat sur cette ville du désert américain, elles viennent de partout ! Une énergie sexuelle palpable, c’est la réalisatrice qui l’affirme. De quoi titiller les filles qui aiment les filles. D’étonnant !! La reporter Anna Albelo se promène, danse, boit et tente de comprendre ce qu’est « être lesbienne » aujourd’hui. Reportage caméra au poing, très drôle, qui donne une image libérée de la lesbienne, intellectuellement et sexuellement.

Revue de presse

Outre les nombreux avis personnels que l’on peut trouver dans la lesbosphère, comme par exemple ici, un petit coup d’œil au reportage à la fois drôle et complet de Libération est vivement conseillé. Vous y découvrirez un autre regard sur le Dinah Shore Week End, mais aussi sur la ville de Palm Springs, avec sa mairie tellement queer, ainsi que des témoignages des participantes venant du monde entier.

La politique du coeur

SAMEDI 07 JUIN – 18H00 – SALLE DU SENECHAL

De Nancy Nicol – Canada – 2005 – Documentaire – 1h 07 – VOST

Rencontre/Débat avec l’APGL (Association des parents gays et lesbiens) à l’issue de la projection
En 2002, l’Assemblée nationale du Québec accorde les mêmes droits parentaux aux familles homosexuelles et hétérosexuelles, reconnaissant aux couples de même sexe le droit à la filiation, et ceci bien avant le droit au mariage. La politique du coeur revient sur le combat mené par les familles pour transformer le regard de la société sur l’homosexualité.

Grâce au combat mené par un couple de femmes pour faire reconnaître les droits homo-parentaux et un couple d’hommes luttant pour faire adopter le mariage gay, le Canada est aujourd’hui à la pointe sur les questions de discriminations fondées sur l’orientation sexuelle.

Un document très émouvant sur un succès politique historique qui nous montre comment des idées qui semblaient, il y a peu, complètement inconcevables, comme le mariage homo ou bien la reconnaissance des droits parentaux homo, sont devenus une réalité au Canada !
Tourné par Nancy Nicol, vidéaste, réalisatrice et professeur d’arts graphiques à l’université de York, dont les œuvres abordent la thématique des droits de l’homme et de la justice sociale. Ses documentaires sur le mouvement LGBT canadien ont parcouru les festivals du monde entier.

Next Station Nana

VENDREDI 06 JUIN – 21H00 – UTOPIA TOULOUSE

de Marina Oboussier et Arthur Manz – France – 52′ – VOF
A l’issue de la projection, rencontre avec Camille, héroïne du documentaire
Camille, née Antoine, décide à l’approche de la cinquantaine d’assumer son aspiration à la féminité. Dans sa recherche identitaire, elle va devoir affronter des épreuves physiques, mais surtout morales et affectives. En toute simplicité et franchise, elle va nous faire vivre son parcours … de l’intérieur. Jamais nous n’aurons vécu la transidentité d’aussi près sans pour autant nous sentir voyeurs. Nous sommes amenés à remettre en question nombre d’idées reçues, d’a priori et de convictions, tellement la problématique se trouve sortie du cadre « extra-ordinaire » et prend une dimension profondément humaine.

Un documentaire sobre et émouvant, au ton toujours juste et à la distance savamment calculée pour susciter l’empathie et la réflexion.

UNE NANA COMME LES AUTRES

(ARTICLE PARU DANS MONTPELLIER PLUS, PAR JENNIFER LUBY, OCT. 2007)

Transgresser les tabous, passer du masculin au féminin, c’est le défi incroyable qu’a relevé Camille. Elle qui vécu « il » pendant plus de quarante ans, découvre enfin la joie de se sentir femme. Sous l’œil bienveillant de la caméra de deux Montpelliérains, elle a accepté de partager son histoire. «Next station nana », une aventure humaine à découvrir ce soir en avant-première sur les écrans du Diagonal Capitole.

Camille a la cinquantaine. Grande, les cheveux auburn, le regard tendre et malicieux derrière ses lunettes. Elle tient un gîte dans la banlieue montpelliéraine. Elle adore le violet et parle toujours a demi-mots, comme pour confier un secret. Un secret dévoilé. Il y a trois ans et demi, Camille, né de sexe masculin, décide de franchir le pas pour enfin vivre en harmonie avec son corps. Vivre tout court et arrêter ce mensonge permanent. « Une réconciliation » selon elle, comme si ce changement d’identité mettait fin à une guerre lasse entre une enveloppe masculine et un cerveau féminin.

Né dans une famille bourgeoise, sa relation avec ses parents est difficile. On dit du petit Antoine que c’est un enfant triste. « Très tôt j’ai compris que quelque chose n’allait pas et que je ne pouvais en parler à personne.» Dans les années soixante, la transidentité ne se conçoit pas. Il assouvie en cachette son désir de travestissement, pique dans les placards de sa sœur. « C’est étrange le cerveau. Ma pulsion de vie s’est reporté sur des chiffons ! ». Il aime les vêtements de femme, plus que les femmes elles-mêmes. Mais comment imaginer alors le destin qui l’attend ?

Il mène sa vie d’homme tant bien que mal, pense au suicide, rêve de mourir en fille et de crier sa rage au monde. « On naît tous avec cette dualité en nous. Pourquoi faut–il que les gens nous enferment dans une case que l’on n’ a pas choisie ? » Celle qui l’apaise s’appelle Nicole, sa conjointe. Elle aussi a souffert. Deux écorchés vifs qui misent sur l’avenir. « Pour oublier mon mal être je me jetais à corps perdu dans des projets titanesques, j’y mettais toute mon énergie. » C’est après la construction de leur maison, aujourd’hui superbe gîte, que vient le déclic : « J’avais tout donné. Je n’arrivais plus à me battre. J’ai tapé le mot sur Internet. Transexualité. Ce fut une révélation. Je n’étais pas seule. » Tout s’enchaîne alors et Antoine décide de se travestir pour de bon. Mais l’image que lui renvoie son miroir ne le satisfait pas. Aidé par sa compagne et malgré la tristesse de voir leur couple bouleverser, il va alors prendre une décision radicale : subir une transformation complète. Un processus qui va durer trois ans.

« Le bonheur d’un sexe en creux »

Conseiller municipal actif, gérant confronté au regard des clients du gîte, Camille jongle avec les apparences le temps de sa métamorphose. C’est à cette époque qu’elle rencontre Arthur et Marina. Le réalisateur et sa compagne lui propose de la suivre dans sa démarche. « J’ai accepté pour trois raisons. Tout d’abord pour l’expérience humaine que nous allions vivre. Mais aussi pour que la caméra soit le témoin de ce changement. Enfin, si mon cas pouvait aider ne serait-ce qu’une personne…» Grâce à un traitement hormonal et a une opération capillaire, Camille change. A chaque étape, le spectateur partage sa surprise et son émotion. Elle travaille sa voix, sa démarche. Aider par une pro de la communication et de l’image, elle apprend à se maquiller et à se vêtir de façon élégante. Puis vient le grand saut, le point de non-retour. Camille part pour Bangkok. Là-bas, les meilleurs urologues du monde en matière de changement de sexe vont réaliser l’ultime opération qui fera d’elle une femme. Un mois de solitude et de douleur pour prendre à la nature ce qu’elle lui a refusé si longtemps. Nicole, jusque là toujours présente ne l’accompagne pas. Camille mène seule son dernier combat. « Chaque pas que je faisais vers ma féminité m’éloignait un peu plus de Nicole. » A son retour en France elle éprouve à la fois un sentiment de plénitude et une profonde tristesse, consciente de l’épreuve que traverse aussi sa compagne. De part et d’autre, c’est un travail d’acceptation qui commence.

Depuis Camille fait du théâtre, s’investie dans des associations d’aide aux transsexuels, souvent des prostituées. Un monde où règne une grande misère psychologique et matérielle. A mille lieues de celui de Camille qui malgré la difficulté de son parcours se considère comme privilégiée. Convalescente de la vie, Camille aspire désormais à la sérénité et reçoit chaque moment de sa nouvelle vie comme un précieux cadeau.

L’Ordre des Mots

JEUDI 05 JUIN – 21H00 – UTOPIA TOULOUSE

De Cynthia Arra et Mélissa Arra – France – 2007 – Documentaire – 1h 15 – VOF

Suivi d’une rencontre avec Vincent Guillot, protagoniste du documentaire

Synopsis

Ce film a pour objet de donner la parole à des personnes Trans’ et Intersexe dont la quête d’identité de genre se trouve entravée par des normes établies. Leurs moyens de résistance se situent dans la recherche d’outils de savoir, de corporalités, de sexualités, mais aussi d’identités alternatives en dehors des schémas conventionnels.

Loin du traitement habituel des questions trans’, ce film, par le choix de ses portraits, tous acteurs et précurseurs contemporains du mouvement trans’ et intersexe en France, aborde de front ces questions d’identité de genre en interrogeant non seulement nos normes sociétales trop souvent incontestées mais aussi en analysant la nature de l’oppression et de la répression dont fait l’objet cette communauté.

Fiche technique

Avec : Maud-Yeuse Thomas, Tom Reucher, Vincent Avrons, Vincent He-Say, Carine Boeuf, Vincent Guillot.

Image et réalisation : Cynthia ARRA et Melissa ARRA
Montage : Cynthia ARRA, Melissa ARRA et Justine TRIET
Musique générique de fin : « MANIFESTE », Bande Originale du film EXILS de Tony GATLIF
Mixage : Christophe DOUCET-MIMOUN
Etalonnage : TOGGLE PRODUCTIONS

Revue de presse

Article tiré du site web: http://psykokwak.livejournal.com
et rédigé suite à la Projection de « L’ordre des mots » au festival « Vues d’en face » de Grenoble.

Ce documentaire réalisé par Mélissa et Cynthia Arra (elles sont cousines) questionne profondément notre rapport au discours sur le concept d’identité de genre. Depuis les travaux des gender studies ces notions nous sont devenues plus familières et nous critiquons les « assignations » normatives des discours sur les identités de genre.
L’ordre des mots* présente six témoignages de personnes en quête de reconnaissance d’identité. Six récits qui évoquent les parcours, les souffrances, la lutte militante pour sortir des carcans sociaux-culturels, médicaux qui emprisonnent et qui maintiennent les trans dans des catégories d’une espèce de sous humanité.

C’est l’occasion d’explorer la galaxie de la transexualité, de l’intersexualité, de la transidentité. Chaque témoignage illustre les différences de trajectoires de ces personnes. Si nous connaissons un peu la transition de l’homme vers la femme, trop souvent sous son aspect folklorique et péjoratif** à partir des films*** nous méconnaissons souvent les autres possibilités.

Je me souviens avoir vu il y a quelques années Venus Boyz de la réalisatrice Gabriel Baur qui montre des femmes qui changent de sexe pour devenir des hommes. Il existe, à côté du Male to Female (MtF), le Female to Male (Ftm), le Female to Unknow (FTU),… et même le neutre, rien vers rien …. XXY,
le beau film de l’argentine Lucia Puenzo illustre l’interrogation d’une assignation à un sexe déterminé d’un(e) adolescent(e) intersexuel(le).

Ces interviews indispensables rappellent l’urgence d’une véritable réflexion et prise en compte de la question transgenre. Ils et elles rapportent leur affliction vécue d’abord dans la famille, véritable prison, puis au niveau social, de l’impossible liberté de choix de changement sans passer sous les fourches caudines du pouvoir médical.
Maud déclare je voulais changer d’identité de solitude pour une identité de femme. Devant la scandaleuse bêtise d’une idéologie médicale conservatrice et
psychiatrique nous comprenons les formes d’action quelquefois radicales que prennent leurs actions pour se faire entendre. Aujourd’hui ils continuent de subir l’ostracisme que les gays et lesbiennes ont vécu précédemment.
L’un d’eux déclare qu’il faudra attendre le départ à la retraite de l’urologue expert autoproclamé pour espérer une évolution du discours médical, qui prime sur le discours social et politique. Le documentaire atteste de la violence faite, exercée à l’encontre de la communauté trans. Après la projection un débat en présence de Cynthia Arra et de Vincent He-Say avec la salle a montré la méconnaissance d’un public averti à cette réalité. Méconnaissance du scandale du traitement des transgenre en France. Des spectateurs se sont interrogés sur la présence du B et T dans le sigle LGBT. Comme si la lettre T pouvait paraître superfétatoire. D’où la nécessité d’un tel documentaire. Nous ne sommes plus dans une fiction cinématographique mais dans une réalité que nous côtoyons et que nous avons tendance à dénier. Bravo aux deux réalisatrices pour ce magnifique documentaire et au festival Vues d’en Face pour cette programmation.

* Lire l’article de Lionel Labosse. Egalement l’article de Thomas sur les Hirajs.
** il suffit de taper transexuel (le) dans Google pour voir s’afficher des centaines de liens vers des sites pornographiques.
*** voir ici une liste de films transgenre.

Exposed

MARDI 03 JUIN – 21H30 – LE GRAND CIRQUE

De Mr Palm – États-Unis – 2007 – Documentaire – 1h 36 – VOST

Pénétrez dans l’envers du X.

Suivez cette femme réalisatrice et glissez vous avec elle sur un plateau de cinéma X.

Avec ses yeux, posez les vôtres sur l’univers d’un porno gay, décor et enfer du décor garantis.

Entrez dans les coulisses du film de cow-boys BuckleRoos devenu LE film culte du genre et découvrez la réalité derrière le fantasme. Vivez au jour le jour le tournage de ce blockbuster du X et rencontrez des personnages attachants : l’ étudiant sexy qui finance ses études de Droit grâce aux films porno, le latino ancien pasteur reconverti ou l’hétéro du plateau prêt à tout pour stimuler les acteurs… EXPOSED est un film captivant sur la réalité du porno gay US, un monde de vrais professionnels loin du sordide et qui fait la part belle à l’amitié et aux rapports humains. Un univers masculin que vous aurez du mal à quitter et des hommes que vous aurez du mal à oublier et pas seulement à cause de leurs physiques de rêve.

L’Eveil de Maximo Oliveros

De Auraeus Solito, 2006, 100 min. VOST, Philippines.

Recompensé dans de nombreux festivals,

dont celui du Film International de Montréal 2005

Synopsis

Tourné à Manille en 13 jours et avec trois francs six sous, ce petit film philippin est une jolie surprise, portrait extrêmement attachant d’un gamin qu’on n’oubliera pas, en même temps que regard sans complaisance mais toujours chaleureux sur une société cahotique, croulant sous la misère et la corruption mais pétante d’énergie et de solidarité démerdarde.

Le Maximo qui s’éveille est un jeune garçon d’une douzaine d’années, joli comme un cœur, qui se verrait bien fille. Il faut dire que depuis la mort de sa mère, c’est lui la petite maman de la maisonnée, qui fait la tambouille, le ménage, le lavage et le repassage pour son père et ses deux frères, fort occupés à magouiller comme ils peuvent pour survivre. Maximo cultive donc à fond sa féminité, se farde délicatement les yeux, met des barrettes dans ses cheveux, porte des t-shirts moulants, des petits shorts très seyants, et n’aime rien tant que se livrer à de folles séances de travestissement avec ses copains qui partagent les mêmes penchants et qui ma foi ne sont pas rares… C’est la première bonne surprise du film : l’absence totale de misérabilisme et de pathos. Maximo est parfaitement intégré, son entourage accepte tout à fait ses côtés fille, les moqueries et les vexations sont très rares. Aucune surenchère quant à l’éventuelle homophobie ambiante… C’est d’autant plus rafraîchissant que ça doit correspondre à la réalité…

La vie somme toute bien réglée de Maximo va se trouver bousculée le jour où il rencontre Victor, un jeune policier tout frais nommé au commissariat du quartier. Le gamin flashe pour ce beau gars en uniforme, au regard doux, au sourire engageant, qui trouve le temps de lui parler, qui le prend au sérieux, lui dit des choses qu’il n’a pas l’habitude d’entendre. Le flic, lui, seul dans ce nouvel environnement, s’attache à ce mignonnet intelligent, qui a bien besoin d’attention et de conseils. Naît ainsi une drôle d’amitié, et sans doute même un peu plus : Maximo est amoureux de Victor, c’est sûr, comme on peut être amoureux à son âge ; Victor n’est pas insensible au charme androgyne de Maximo, c’est probable… Mais aucune dérive pédophile, le film évite haut la main cet écueil télé-réalité…

Le problème bien sûr, c’est que cette belle relation va souffrir de se trouver confrontée à la dure réalité : le père et les frères de Maximo vivent de combines largement hors-la-loi, Victor est flic, ça va forcément coincer…

leveil.2

Fiche Technique

Réalisteur : Auraeus Solito
Scénariste : Michiko Yamamoto
Genre : Comédie dramatique
Distribution :
Nathan Lopez … Maximo
Soliman Cruz … Paca
Ping Medina … Kuya Bogs (le frère de Maximo)
Neil Ryan Sese … Boy
Peter Anthony Tombasa … Peter

leveil.5

Sommersturm

De Marco Kreuzpaintner, Allemagne, 1h38, 2004
Avec Robert Stadlober,

prix du meilleur acteur au Festival de Montréal

Synopsis

Tobi et Achim sont copains depuis des années. L’un barreur, l’autre rameur dans une équipe d’aviron, ils vont disputer la plus grande régate de la région. Lorsque le flirt d’Achim et Sandra devient sérieux, Tobi comprend que ses sentiments pour Achim sont plus que de l’amitié.

Arrive alors dans la compétition une équipe de jeunes homosexuels athlétiques qui affichent fièrement leurs tendances. Tobi et ses camarades sont forcés de revoir leurs préjugés, leurs craintes, et leurs secrètes attirances.

Au fur et à mesure que la tension monte, une confrontation entre les jeunes gens devient inévitable, en même temps qu’une violente tempête menace d’éclater sur le lac…
A la recherche du premier amour…Si vous avez été secrètement amoureux de votre meilleur copain de classe, ce film vous touchera tout particulièrement ! L’authenticité des sentiments est remarquablement mise en valeur par le jeu éblouissant du comédien Robert Stadlober.

sommersturm.4

Fiche technique

Réalisateur : Marco Kreuzpaintner
Scénaristes : Marco Kreuzpaintner, Thomas Bahmann
Genre : Comédie dramatique
Distribution :
Robert Stadlober : Tobi
Kostja Ullmann : Achim
Jürgen Tonkel : Hansi
Miriam Morgenstern : Sandra
Alicja Bachleda-Curus : Anke
Angelika Brennfleck : Thea
Josefine Müller : Claudia
Joseph M’Barek : Ferdinand

sommersturm.6

Boy Culture

De Q. Allan Brocka – U.S.A. – 2007 – Fiction – 1 h 31 – VOST

Récompensé en 2006,
au Festival du Film Gay & Lesbien de Londres
Précédé d’un court-métrage surprise avec une icône gay !

Synopsis

Le sexe rapporte, l’amour coûte… Boy Culture est la confession de « X », un jeune prostitué de luxe qui a énormément de succès. Or après 10 ans de carrière, X est tout chamboulé. Ses deux séduisants co-locataires, chacun dans des styles opposés, l’attirent, et surtout, l’un de ses clients âgés vivant tel un ermite le fascine. Le vieil homme refuse de coucher avec X, tant que celui-ci n’en aura pas envie et continue de le payer pour écouter l’histoire de sa vie, réveillant des émotions que X n’avait pas ressenties depuis des années.

Par le réalisateur de « Eating Out » et du carton outre-Atlantique « Rick & Steve », voici enfin le blockbuster gay que vous attendiez.

boy.4

Fiche Technique

Réalisateur : Q. Allan Brocka
Scénaristes : Q. Allan Brocka, Philip Pierce
Genre : Comédie dramatique
Distribution :
Derek Magyar … X
George Jonson … Blondie
Patrick Bauchau … Gregory Talbot
Darryl Stephens … Andrew
Peyton Hinson … Jill
Jonathon Trent … Joey
Kyle Santler … Scooter
Emily Brooke Hands … Lucy
Matt Riedy … Frank

boy.1

The Gymnast

De Ned Farr – USA-2006-96 min. – VOST

Récompensé dans 27 festivals de film LGBT dans le monde.

Synopsis

Ancienne gymnaste devenue masseuse, Jane Hawkins, la quarantaine, regrette sa vie de championne olympique et… sa liberté. Coincée entre un mari qui la délaisse et une envie d’enfant qui ne se concrétise pas, elle va se remettre en quête de sensations. Au hasard d’une visite dans un gymnase, elle sera reconnue par sa coach et remettra sa vie en question. La surprise sera de taille puisque c’est un rôle d’acrobate qu’on lui propose.

Une mystérieuse sino-américaine est aussi de l’aventure. Forcées de s’entraîner seules, les deux femmes se rapprochent, dans un ballet aérien très physique et sensuel. Mais Jane devra choisir entre son mari, qui devient soudain insistant, et Serena, dont elle est follement amoureuse.
C’est sensible, juste et émouvant. Ça donne envie de câlins ! The Gymnast vous laissera le souffle court, et même des courbatures ! Cette histoire d’amour, sans mélodrame ni romance, nous emmène dans l’univers de la magie du spectacle.

www.thegymnastfilm.com

gymnast.2

Fiche technique

Réalisateur : Ned Farr
Scénariste : Ned Farr
Genre : Comédie dramatique
Distribution :
Dreya Weber : Jane
Addie Yungmee : Serena
John Lee Ames : Q
Andrew Ableson : Julian
David De Simone : David
Ronald Drewes : Holt
Paul A. Hicks : Jim
Tony Horton : Chad

Spider Lilies

De Zero Chou – Taiwan – 2007- fiction – 98 min. – VOST

Prix du meilleur film, Teddy awards, Berlin 2007

Synopsis

En 1999, lors d’un tremblement de terre, Jade a tout perdu. Son frère et sa mère ont profité du chaos pour l’abandonner, et son père est en prison. Rongée par la solitude et élevée par sa grand-mère, elle se crée un monde virtuel et naïf, utilisant une webcam pour proposer des services érotiques sur internet.

Un jour, Jade retrouve Takeko, sa voisine d’antan et son premier amour, en entrant dans une boutique de tatouages dont la jeune femme est la responsable. Elle souhaite malgré le refus de Takeko, se faire tatouer le même dessin que celle-ci, des Manjusaka, qui, selon la légende bouddhiste, seraient des fleurs poussant au bord du sentier qui mènent à l’enfer…
Traditions et mythes puissants se combinent à des portraits psychologiques complexes pour produire une histoire subtile de paradis perdu, où les frontières entre imaginaires et réalités sont brouillées par un style fluide, ponctués d’images générées par ordinateur.

www.encorefilms.com/spiderlilies/

Fiche technique

Réalisateur : Zero Chou
Scénariste : Singing Chen
Genre : Romance exotique

Distribution
Rainie Yang : Jade
Isabella Leong : Takeko
John Shen : Ching (as Jian-hung Shen)
Jay Shih : Adong (as Yuan-chieh Shih)

spider.6